J’entrevois un début vs braises (dialogue)

Acrylique sur bois, 100 x 100 cm, 2017

Vacance d’écriture / j’entrevois un début de réfraction salutaire / le début d’un sur place, un piétinement, l’entraînement à piétiner devant un déferlement de mots – écran / le seuil de l’heure pâle où se tient un délire de mots à contenir

Il me fallait honorer la neige passagère qui a anobli mes paysages – on ne devrait pas vivre à basse altitude, les hivers y sont trop tièdes

Il y a un silence fracassant presque une facilité à retrouver pour se conformer à l’écriture, il s’en faudrait de si peu / histoire de se conforter dans un écrit sûr / dire ce silence qui coulerait de source comme par réflexe de pure feinte

Marcher sans but dans la singulière matité de ce silence qui, en se déposant, participe au nécessaire enfouissement du passé – de tous les passés – dans l’immémorial

La tombée du jour n’a pas besoin de sujet pour aller de soi / voir l’entre autre ou l’autre antre à demi mot ou rester muet devant / Allumer la mèche à mots syndromes à taire / une folle espérance qui laisserait assez de temps pour être-crire , etc-rire…? une courte entre vue même pas bavarde non plus / Fini le deuil de la photo-souvenir déchirée, du mot qui porte à faux / cesser d’écrire, ne plus encombrer la page, rappeler l’être restant. Facile à dire…

« La création est une méditation brève et ardente ». Depuis quelque temps me revenait avec insistance cette parole du peintre Sam Francis, mais je ne parvenais pas à m’en aider. Avant de se remettre à l’ouvrage il y a parfois des latences sur lesquelles la volonté n’a pas de prise

J’ai la page envolée, la page en hypothèque, la rage paginée en cage, du blanc à mettre en page, j’ai pas l’âge de mettre en gage le même âge, tout juste l’âge de saper la page, de passer la page désœuvrée, ça sature. Je tourne la page, je tourne à la page direction l’amplitude du vide

Sous les ciels indéfiniment gris de l’hiver, comme contaminé par eux, il m’est arrivé de trébucher, baisser la tête, ne plus y croire. De n’être plus certain que de mes incertitudes.  De n’être que soustraction à l’égard du monde orchestré. Dépossédé du langage, comme si les mots étaient confisqués par les discours dominants, la technocratie

J’accapare un chant d’oiseau / Sollicitude extrême

Sous-bois_12-2017Parvenu à la forêt, je me consolais à l’idée de fouler d’anciens territoires insoumis, refuges de gueux et autres braconniers qui savaient se mettre à couvert du pouvoir central. J’éprouvais une sorte de vertige horizontal à l’entrée de possibles chemins de traverse

Manœuvre à la marge, pour me délivrer des notes de bas de page, de l’essentiel dans le mot à venir, si tout n’a pas déjà été dit / J’y reviens autrement dit, consentir à la répétition, toujours la même chose, gloses d’écriture. Non ! Contenir la logorrhée, une crue de mots, déferlante de signifiants en chantier, être mots

Je me suis remis à l’atelier peu de temps après être rentré. La peinture est venue d’elle-même, presque à mon insu. Pas de dialectique négative cette fois-ci, j’ai simplement suivi le mouvement

Là aussi, ou autre part un autre parle / rapplique, réplique, se tait et se terre

2017-11_80x120Et puis il y a eu cette lueur, telle un champ (chant ?) de braises à fleur de terre, sous les branchages. Leur ardeur, mon vertige… une invite à l’échappée. Une aspiration portée au cœur, à rejoindre, à accomplir

Ecris tes ratures / Epure tes ratés

Le moins que l’on puisse faire, c’est de choyer ces braises

Prépare tes cris

Soyons furtifs

Dire c’est taire / Et triture l’écrit d’écru

Ce n’est, à nouveau, qu’un début

 

 

 

 

 

Cet article a été publié dans Ecri(ra)tures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour J’entrevois un début vs braises (dialogue)

  1. FERES dit :

    Bienvenues à tes pérégrinations, à tes errances, à tes couleurs…..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s