Jachères VIII

Nettoyage de printemps.

J’ai retrouvé mon permis de conduire sur l’axe des excès d’humour – note d’humeur ? / Configuration en circuit court : je est en chemin, tu es au rond-point, il est à cour et à jardin, elle est à point nommée ; nous, vous, ils, elles au taquet ! Des attentes à bon entendeur / L’enfer me ment à haute dose d’oxygénation, j’en perds mon sang-froid pour un examen de routine du matériau printanier : hier perce neiges pour se complaire dans une redite, aujourd’hui pensées sauvages, forcément sauvages, et autres pissenlits ou coucous qui portent le label de fleurs rituelles ; agnelage et giboulées… saints de glace, tétons ravageurs et autres signes de montée de sève / Des concrétions de charbons mémoriels marchent sur les plates bandes de la table rase / Ce soir je perce ! titrait un spectacle de café-théâtre de la fin du siècle dernier / C’est tellement tentant de se laisser prendre à son propre piège d’un roman vécu au moment même où on se croit enfin sauvé des mots, sorti d’à faire, retiré même fugitivement des affaires.

Déréveiller une paralysie de fourmillements de la pensée et la couler dans un enrobé de mots sans douleur comme on dit dans le bâtiment et délivrer les appâts réparateurs à l’heure de la promenade, tel un taxidermiste du langage, avant de s’en retourner en cellule d’intellect / J’empaille donc l’écriture de circonstance. En route pour de nouvelles vacuités ? Non pas, trop facile d’obéir à l’inspiration, plutôt lui tendre une embuscade de non dits, de mues-r-murs ! Et ne te retourne pas ! Garde l’espace littéraire du livre à venir, dixit Blanchot / L’abstention est dans la consigne de notes – de bas de page de préférence – à récupérer à la sortie du trou de mémoire / Construire un oubli suffisamment résistant pour jouir de ce qu’il advient / Sera-ce la fin du sursis ou une nouvelle plongée dans la diction ? Poison d’avril ! / Clinique laboratoire des maladies sociales, indique un petit écriteau sur le mur d’un bâtiment de l’ancien Hôtel dieu de Clermont-Ferrand promis à des lendemains qui font chanter l’entreprise Vinci et ses entrepreneurs / savoir parler le langage des investisseurs !

Je revisite la résonance de la page de peur de sombrer dans un injuste milieu comme un mauvais montage de film ; tout est à la coupe, point à la marge / Encore dire silence se définit sens maudire, souffle Leiris. Sans un mot de trop plein / Faire plus court.

Cet article a été publié dans Ecri(ra)tures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s