Jachères IX

Et si on jouait au marché de bains littéraires ? De mots à perdre pied en pleine fable de jeux symboliques ? Mémo n’est pas à vendre ! Charmante césure marchant à cloche mot mis à pied /

Je me suis relevé d’un petit matin comme on se lance un défi.

Qu’affleure le sujet, qu’effleure le souffle nu ? où se rendre ? toujours en découdre ? J’ai lancé un défi aux surcharges cognitives.

Hommage à la rêverie d’un frondeur solitaire – monologue du rôdeur solidaire. Ce serait dommage de se priver de mots de jeux gratuits et perversement.

Joli moi de mes préemptions présomptions qui se télescopent en conjugaisons de nouveaux impensés. J’avance à flux constant dans ma cueillette jusqu’à racler le fond des signifiants illustrés, des illustres sons signifiés.

Trier!

Va falloir surveiller les ellipses. Creuser le sillon syntaxique, et pourtant ramasser tout ce qui se bouscule au portillon, tout ce qui se présente à l’oreille voyeuse, à l’œil acoustique. Prendre, surprendre surtout, ce qui passe invisible, trop lisible …

L’accès se glane. Imbiber les images langagières même les plus circonstancielles. Toutes les images jusqu’aux plus fortuites, qui ne se donneraient pas à voir ou à entendre, à regarder ou à écouter et qu’il faut pourtant scruter dans chaque instant qui vaille, à chaque instant caché, les recevoir sans filtre et leur laisser le temps de la décantation, un certain temps de mise en carafe mentale afin d’en réveiller les arômes, pour en déclarer un feu follet.

Faire le tri de la trace entre toutes ces Attirances fécondes, pour en garder ce qui s’échappe.

Écrire ce que je, n’y arrive pas. Je vais essayer de ne pas répondre à la question. Le je est risqué et il en vaut la chandelle, le champ d’elle toujours la même chose. Distraire peut-être?

Mes mots sont dans de beaux draps. J’ai fait un accro au mot. Falloir en découdre, recoudre, ré-parer le parement, l’aparté.

La parole s’est tue au bout de ces isthmes de mots. La visite des centrations du for intérieur en langue des signes se jouera en nocturne.

Cet article a été publié dans Ecri(ra)tures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s