Archives de l’auteur : Louis Paul Baudot

68, et après ?

50 ans, ça n’a en soi pas plus de sens que 40 ou 60. D’autant qu’on était trop jeunes pour en être. Des gamins, petits collégiens, bien en peine de comprendre ce qui se passait. Mais ça s’est malgré tout … Lire la suite

Publié dans Lisières | Laisser un commentaire

J’entrevois un début vs braises (dialogue)

Vacance d’écriture / j’entrevois un début de réfraction salutaire / le début d’un sur place, un piétinement, l’entraînement à piétiner devant un déferlement de mots – écran / le seuil de l’heure pâle où se tient un délire de mots … Lire la suite

Publié dans Ecri(ra)tures | 1 commentaire

Là où j’échoue quelque chose d’autre s’affirme

On est en juillet, dans la jeunesse de l’été. Depuis quelque temps j’ai travaillé plus souvent à plat qu’à la verticale, laissant une place accrue à l’aléatoire, au liquide, aux taches et éclaboussures. J’aspire à me retirer. Laisser faire la … Lire la suite

Publié dans Lisières | Laisser un commentaire

Empathie

 » Quand je rencontre un vieux musicien, ou un acteur ou un peintre, qui n’a pas eu la carrière qu’il s’était promise, j’éprouve de l’amour pour eux, je pense que ce sont les gens les plus héroïques au monde, parce … Lire la suite

Publié dans Lisières | Laisser un commentaire

Fous devant, tous dedans !

Il y a des jours où la dinguerie du monde vient taper au carreau de manière plus insistante que d’habitude. Non qu’un événement nouveau vienne surpasser en aberration ou abomination ceux de la veille. Non, ça, chaque jour entre va … Lire la suite

Publié dans Lisières | Laisser un commentaire

Pas de refuge

Un jour le toit de mon atelier s’est ouvert. Les vents de sud qui parcourent des milliers de kilomètres pour régulièrement déposer le sable des déserts sur mes carreaux, charriaient aussi l’odeur du sang, le tranchant des barbes d’acier, la … Lire la suite

Publié dans Lisières | Laisser un commentaire

Le chêne intérieur

Il se dresse en bordure de forêt, seul de son espèce à cet endroit, j’y vais à pied depuis la maison. C’est une ballade rituelle. Puissant, trois siècles au jugé. L’une de ses branches maîtresses est particulièrement impressionnante, qui plonge … Lire la suite

Publié dans Lisières | Laisser un commentaire

Peindre en jazz

Ce n’est pas la seule musique que j’écoute, mais principalement et c’est la seule à propos de laquelle je peux parler d’identification ou de mimétisme. Ce que j’ai découvert avec le jazz, c’est non seulement un certain type de musique, … Lire la suite

Publié dans Lisières | Laisser un commentaire

En guise d’ouverture

  Espaces d’indétermination. Ou plutôt non : de déterminations multiples, mais indécidables, imprévisibles. Chevauchements, écarts et rapprochements, bifurcations – hybridations. Il y a compossibilité de la forêt à la prairie, de la mer à la terre ferme, de la ville à … Lire la suite

Publié dans Lisières | Laisser un commentaire