Jachères

Jacheres-IIQuoi d’autre ? Rien de neuf ? S’étonnerait l’observateur pédagogue .. hésitant entre le passe temps et que de temps pas assez… Contre temps du burlesque ! Dire oui?

Laisser aller la plume au vent, l’écrire en l’erre, pour convoiter un nouveau Je, le je commun, ou inventer un non propre au je approprié. Mais un Non propre improvisé sera-ce assez lisible? Il vous en prie! Lire la suite

Publié dans Ecri(ra)tures | Laisser un commentaire

68, et après ?

68_150 ans, ça n’a en soi pas plus de sens que 40 ou 60. D’autant qu’on était trop jeunes pour en être. Des gamins, petits collégiens, bien en peine de comprendre ce qui se passait. Mais ça s’est malgré tout avéré être un commencement. Confus, embryonnaire, mais un vrai commencement, grâce en soit rendue aux aînés qui nous ont déblayé le terrain. Mais pourquoi en parler ici,alors qu’on n’a aucun goût pour le terrain glissant de la nostalgie et qu’on tient par ailleurs à garder la distance avec les mots d’ordre ambiants, dont font partie les commémorations ? Lire la suite

Publié dans Lisières | Laisser un commentaire

J’entrevois un début vs braises (dialogue)

Acrylique sur bois, 100 x 100 cm, 2017

Vacance d’écriture / j’entrevois un début de réfraction salutaire / le début d’un sur place, un piétinement, l’entraînement à piétiner devant un déferlement de mots – écran / le seuil de l’heure pâle où se tient un délire de mots à contenir

Il me fallait honorer la neige passagère qui a anobli mes paysages – on ne devrait pas vivre à basse altitude, les hivers y sont trop tièdes

Lire la suite

Publié dans Ecri(ra)tures | 1 commentaire

Là où j’échoue quelque chose d’autre s’affirme

On est en juillet, dans la jeunesse de l’été. Depuis quelque temps j’ai travaillé plus souvent à plat qu’à la verticale, laissant une place accrue à l’aléatoire, au liquide, aux taches et éclaboussures. J’aspire à me retirer. Laisser faire la marée. Je me sens prêt pour des brumes et des océans, pour l’eau et ses songes. Et puis… Lire la suite

Publié dans Lisières | Laisser un commentaire

Empathie

 » Quand je rencontre un vieux musicien, ou un acteur ou un peintre, qui n’a pas eu la carrière qu’il s’était promise, j’éprouve de l’amour pour eux, je pense que ce sont les gens les plus héroïques au monde, parce qu’ils continuent, qu’ils n’ont pas obtenu la renommée ou l’ont perdue, mais ils continuent. On comprend qu’ils ne recherchent plus la gloire mais que, Dieu merci, il y a des gens au monde qui pensent que créer la beauté est une forme supérieure d’occupation dans la vie. Et c’est grâce à eux, souvent, que la vie vaut la peine d’être vécue. »

(auteur inconnu)

Publié dans Lisières | Laisser un commentaire

2 mn 17 de temps suspendu

Publié dans Lisières | Laisser un commentaire

Fous devant, tous dedans !

FousDevant_1Il y a des jours où la dinguerie du monde vient taper au carreau de manière plus insistante que d’habitude. Non qu’un événement nouveau vienne surpasser en aberration ou abomination ceux de la veille. Non, ça, chaque jour entre va de la gueule et morts violentes on est blasé… et puis suffit de fermer les yeux une minute, hein, et d’imaginer ce qui est en train de se passer à l’instant dans tous les coins de la planète. La mélasse convulsive du toujours plus tout ce qu’on veut pour les uns et le contraire pour les autres – les richesses et les misères, les puissances et les soumissions, les jouissances et les douleurs entortillés comme les vers d’une terre hallucinée et très bientôt exsangue, lasse, si lasse de nos turpitudes… Lire la suite

Publié dans Lisières | Laisser un commentaire

J’ai…

surmonté quelques signes de découragement / peut-être connu une hyper connectivité sensorielle Lire la suite

Publié dans Ecri(ra)tures | Laisser un commentaire

Pas de refuge

PasDeRefuge_1Un jour le toit de mon atelier s’est ouvert. Les vents de sud qui parcourent des milliers de kilomètres pour régulièrement déposer le sable des déserts sur mes carreaux, charriaient aussi l’odeur du sang, le tranchant des barbes d’acier, la poussière des gravats. Il s’avérait que la révolte syrienne ne trouverait définitivement pas d’issue pacifique.

Le pays serait désormais éventré par un viol interminable. Lire la suite

Publié dans Lisières | Laisser un commentaire

Créature d’esquive

Image défilée de créatures d’esquive croisées au détour / D’un sublime traumas / Pas même d’instant chaloupé / F portée disparue subitement / Fulgurance de vie supportée avec plus ou moins d’affres / Petits bonheurs du quotidien, rendez-vous à point d’heure / Sans calcul comme ne le sont pas toujours les premiers / Pas vers l’autre. Lire la suite

Publié dans Ecri(ra)tures | Laisser un commentaire